Libérée de tous blocages.

Décembre 2018

Ma rencontre avec Yves a vraiment été le fruit du hasard. Je travaille dans la presse et Yves a appelé notre journal pour passer une petite annonce. Son appel n’aurait jamais du arriver dans mon service. Quand j’ai appris ce qu’il faisait au cours de notre entretien j’ai su que c’était un des signes que j’attendais… et je n’ai pas hésité à le solliciter. Depuis 2014 ma vie est un véritable cauchemar : après 18 ans de mariage, j’ai subi un divorce sans en comprendre les raisons et pour lequel mon (ex) mari ne m’a fourni aucune explication, les relations, les relations avec ma fille, qui jusqu’au divorce étaient fusionnelles s’altéraient et c’est bien la seule chose que j’ai réussi à sauver…

Puis la vie m’a fait rencontrer un homme avec lequel je suis restée un peu plus de 2 ans, deux ans durant lesquels ma vie n’a été que douleurs psychologiques et physique et que j’ai fini par quitter..

Et cette année je rencontre un homme merveilleux, E., l’homme que j’ai cherché toute ma vie… une complicité sans égal, un amour pur et précieux et il m’apprend en novembre que la maladie du siècle le frappe…Il est anéanti et moi aussi…il décide la gérer seul…à ce jour il refuse de me dire quoi que ce soit sur l’évolution de la maladie, et  a cessé maintenant tout contact avec moi…Je rentre dans une souffrance extrême. Seules les larmes et la douleur ponctuent mes journées me faisant perdre le goût de vivre…Le goût de tout.

J’ai fait part à Yves et je ne le remercierai jamais assez de ce qu’il a fait pour moi : il a d’abord prié pour E. afin de l’aider dans cette épreuve ressentant pour lui des ondes très positives mais sans me faire de promesses de quelque nature que ce soit, et il a ensuite prié pour moi..et là…une heure après sa prière le poids que j’avais sur la poitrine, mes larmes…tout avait disparu…j’avais toujours le chagrin de mon amour mais j’étais apaisée, beaucoup de choses avaient changées pour moi…J’avais à nouveau envie de refaire les choses de la vie quotidienne tout simplement. Et c’était énorme pour moi et pour ma fille qui voyait sa maman souffrir.

Et il a fait encore plus… tous ces malheurs successifs avaient leur explication… on m’empêchait d’être heureuse… Il a à nouveau prié pour moi et il m’a libérée de tous ces blocages. Si je sais que son intervention a été bénéfique c’est d’abord par ce que j’ai ressenti physiquement et ensuite psychologiquement. Ma vie va changer j’en suis convaincue et je referai un témoignage dans ce sens,tant pour moi que pour E..Mais aujourd’hui je suis les précieux conseils que me donne Yves et je le recommande à tous ceux qui rencontrent des problèmes tant psychologiques que physiques, et ce dans n’importe quel domaine.

Merci encore pour tout ce que tu as fait pour moi, et tout ce que tu fais indirectement pour tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

Merci Yves pour tout ce que tu fais, pour tout ce que tu donnes, pour tout ce que tu transmets.                                                                                       Merci, merci, merci.

Lydie. Tarn et Garonne.

Ptosis congénital

Je voulais vous dire un grand merci pour tout ce que vous avez fait pour moi, vous et votre femme, vous avez  été très gentils et attentionnés envers moi.

Atteinte d’un ptosis congénital, j’ai subi deux interventions sans résultat. pour la 3° fois, vous m’avez aidé, non seulement pendant l’opération, mais des semaines après pour la cicatrisation, la mobilité de ma paupière et la douleur.

Je suis très sensible à tout cela et je suis heureuse de vous avoir connu et je vous remercie de tout coeur.

Lucie de Trenou.

Hospitalisé en service psychiatrie.

Par cette petite lettre, je veux témoigner des dons réels d’Yves. Mon frère était hospitalisé depuis deux mois sans la moindre amélioration de santé, au contraire, son état se dégradait. Mon frère a été hospitalisé dans le service de psychiatrie à Denain. Il était tellement violent et agressif que toute visite lui était interdite, même celle de son épouse et de ses enfants. Le docteur Frissart qui le suivait avait prévu dans la semaine du 1°nov.  de le transférer à Lille pour lui faire subir des électrochocs pour essayer de lui retirer ses idées de paranoya. J’ai consulté Yves , le lundi 30 octobre 2006, lui demandant de faire ce qu’il pouvait pour mon frère. Dès mardi matin, Yves et Arlette, son épouse, ont prié le Seigneur pour la guérison de mon frère. Ils ont continué leur travail, toujours à distance, sans jamais avoir vu mon frère, et sans aucune photo de lui.  Le comportement très agressif ne lui permettait aucune visite. Ma belle-soeur, malgré tout, se rendait chaque jour à l’hôpital pour obtenir des nouvelles de son mari. Le vendredi 3 novembre, d’après le médecin, quelque chose s’est débloqué et il allait beaucoup mieux. Grâce aux prières d’Yves et Arlette, il a même pu avoir la première visite, le 4 nov. celle de son épouse. Dès mardi 7 nov. soit une semaine après  le début des prières, mon frère était autorisé à avoir la visite également de ses enfants, son comportement et sa santé mentale avait changé de 100 % et grâce à Dieu, l’électrochoc n’a pas été fait.                                                                   Le samedi 11 nov. il avait une permission de sortie jusqu’au dimanche soir. Ce même dimanche j’ai eu la grande joie de recevoir ma belle-soeur et mon frère à déjeuner. Nous avons pu constater qu’il était calme, et riait même alors qu’à peine 10 jours avant, il était comme « fou ». Le samedi suivant, c’est-à-dire le 18 nov. il a quitté l’hôpital de Denain, définitivement  Pour tout cela, merci mon Dieu, merci Arlette, merci Yves d’avoir senti que j’avais besoin de vous. Merci mon Dieu d’avoir mis Yves sur ma route, par hasard lors d’une fête familiale. J’espère, que grâce à tous les témoignages comme le  mien, Yves puisse être reconnu par tous, pour ses qualités humaines, sa gentillesse, sa disponibilité, sa Foi et surtout pour ses dons de guérison Réels, j’ai pu en être témoin.

Alexandrine de Denain.                                                                                Le 4/12/2006